L’empreinte environnementale du numérique – audition de la COPREC

La commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat a remis hier son rapport d’information sur l’empreinte environnementale du numérique, pour lequel la COPREC a été auditionnée.
———-

Outil de plus en plus présent et indispensable à notre société et secteur en croissance continue, le numérique est, comme le précise le rapport, « (…) ignoré en tant que tel des politiques publiques visant à atteindre les objectifs climatiques fixés par l’Accord de Paris ».

 

Les travaux de cette mission, présidée par le sénateur Patrick CHAIZE, étaient notamment de mesurer l’empreinte environnementale du numérique et d’en évaluer l’évolution dans les années à venir.

 

Le numérique serait aujourd’hui responsable de 3.7% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde ; pour contrer ces effets négatifs, le Sénat a formulé 25 propositions réparties en 4 axes :

 

  • Faire prendre conscience aux utilisateurs du numérique de son impact environnemental: améliorer les connaissances sur ce sujet méconnu du grand public ; demander aux acteurs publics et privés d’intégrer l’enjeu environnemental dans leur stratégie numérique.
  • Limiter le renouvellement des terminaux: taxation des externalités négatives, renforcer les sanctions pour obsolescence programmée, renforcer la lutte contre l’obsolescence logicielle, favoriser la réparation et le réemploi.
  • Faire émerger et développer des usages du numériques écologiquement vertueux: en définissant les données comme une ressource nécessitant une gestion durable, en régulant l’offre des forfaits, en limitant l’impact des usages vidéo, en améliorant l’écoconception des sites et services numériques …
  • Aller vers des data-centers et des réseaux moins énergivores: améliorer la performance énergétique des data-centers, améliorer la sobriété des réseaux.

 

L’intégralité du rapport et le détail des propositions est disponible ici.