Lancement des premiers bus à hydrogène

Dans les transports en commun, l’écologie est une priorité. C’est pour répondre à cette nécessité que ce jeudi 12 septembre a été inaugurée dans les Yvelines, en présence de Valérie PECRESSE, Présidente du conseil régional d’Ile-de-France, une première ligne de bus à hydrogène.
———

 

Cette première ligne fonctionnera avec des bus équipés d’une pile à combustible qui n’émettent aucune particule fine ou ne rejettent aucun gaz à effet de serre, mais uniquement de l’eau.

Ils sont également plus performants que les bus fonctionnant à l’aide de batteries lithium-ion (bus électriques), que ce soit en matière d’autonomie ou de temps de recharge.

 

Toujours dans l’objectif de proposer des transports plus propres et respectueux de l’environnement, d’autres initiatives ont déjà vues le jour dans la région parisienne, comme une première flotte d’une centaine de taxis à hydrogène déjà présents dans Paris.

 

« L’objectif (…) est de tester les performances de ce type de véhicule au niveau de la consommation, de l’autonomie, de l’ensemble des coûts d’exploitation et de maintenance, ainsi que de leur tenue technique » pendant sept ans, précise Ile-de-France Mobilités, qui finance ce projet à près de 60%.

 

Cette arrivée tardive s’explique notamment par un coût élevé (qui sera certainement moindre si les commandes sont plus importantes), mais d’autres lignes sont déjà prévues en France (Auxerre, Toulouse, Strasbourg ou encore Châteauroux) comme à l’étranger (Chine, Nouvelle-Zélande, Ecosse…).

 

Les deux prochaines lignes qui seront mises en service dans l’hexagone se situeront dans le Pas-de-Calais et les Pyrénées-Atlantiques ; ces deux projets, à la différence du premier, auront recours à l’hydrogène dit vert (produit par électrolyse de l’eau et non par reformage de méthane).